La truffe : de la culture à la dégustation !

Entretiens

Il y a deux types d’entretiens à distinguer mais qui se révèlent tous deux primordiaux et auxquels le trufficulteur devra porter un soin particulier pour l’obtention d’un résultat de production.

  • Au niveau du sol : la préparation soignée du sol pour la plantation ayant éliminé toute concurrence herbacée ou semi-ligneuse, on veillera à éviter toute réinstallation de plantes concurrentes essentiellement graminées qui créent une forte concurrence au niveau de l’eau. Partant de ce constat, et tant que les brûlés (zone dépourvue de végétation spontanée laissant apparaître le sol nu) ne sont pas visibles on recommande de réaliser un léger travail du sol, soit manuellement autour des arbres soit  mécaniquement si on souhaite entretenir une surface plus importante. Dans tous les cas ce travail restera léger et on veillera à ne pas endommager les plants en s’approchant trop près. Pour ces travaux les outils les plus couramment utilisés sont la motobineuse, le cultivateur à dents, déchaumeuse, etc … La période recommandée se situe au printemps (mars avril) dès lors que le sol est suffisamment ressuyé (excès d’eau éliminés) afin d’éviter au maximum tout tassement du sol. Au bout de quelques années, lorsque les brûlés commencent à se matérialiser on évitera de travailler mécaniquement cette surface précise. On pourra simplement poursuivre ce travail d’ameublissement en périphérie du brûlé en prévision de son expansion afin de faciliter sa colonisation par les jeunes racines porteuses des mycorhizes. Sous réserve d’être minutieux on pourra compléter ce travail mécanique par la poursuite d’un travail manuel autour du tronc de l’arbre (sur le brûlé lui-même) en procédant du centre vers la périphérie.
  • Au niveau des arbres : la truffe noire réclamant un grand ensoleillement et malgré le respect d’un écartement suffisant entre les plants lors de la plantation il sera utile d’intervenir en tailles régulières sur le tronc et l’envergure des arbres. Cela permettra de compenser la croissance rapide obtenue par le bon entretien du sol tout en préservant un éclairement suffisant du terrain. Les méthodes de taille sont diverses et parfois même source de discussions. Chaque plantation étant un cas particulier il est recommandé de se faire conseiller par une personne avisée (technicien ou trufficulteur expérimenté). En ce qui concerne les apports d’eau : Afin d’assurer un suivi optimal des conditions de production de sa plantation, il sera opportun de surveiller les conditions climatiques et en particulier la pluviométrie. On indique que la truffe serait capable de résister à une période sans pluie pouvant atteindre 3 semaines. Au delà il sera impératif de compléter l’apport d’eau en intervenant artificiellement par divers moyens à disposition (tonne à eau ou système d’arrosage fixe).